La Liberté

Bulle Pride 2022: «Ce soir, vous êtes la diversité»

Le Village de la Bulle Pride 2022 ouvrait vendredi en fin d'après-midi. Affluence crescendo, sur fond d'electro: cette Pride s'annonce «sauvage et pastorale», selon la maîtresse de cérémonie Frani Elle.

«Vous êtes la diversité!» lance la maîtresse de cérémonie Frani Elle © La Liberté
«Vous êtes la diversité!» lance la maîtresse de cérémonie Frani Elle © La Liberté
La prévention et le militantisme se côtoient sur la place du marché. © La Liberté
La prévention et le militantisme se côtoient sur la place du marché. © La Liberté
Ouverture d'abord timide – mais sincère – du village de la Pride à Bulle. © La Liberté
Ouverture d'abord timide – mais sincère – du village de la Pride à Bulle. © La Liberté

SZ

Publié le 24.06.2022
Partager cet article sur:

«Coucou! Alors comment ça va le chalet?! On m’a dit que les Gruériens étaient chauds, mais là je suis déçue!», lançait hier vers 19 h Frani Elle, la maîtresse de cérémonie de la Bulle Pride 2022, «prête à faire péter une Pride sauvage et pastorale». «L’ambiance est plutôt calme, ça démarre gentiment, comme toujours en Suisse», confiait la drag-queen. «Mais ça va aller crescendo.»
La musique pulse. Une foule bon enfant afflue peu à peu, jeune et moins jeune, et finalement pas si timide vers 21 h. «Ce soir, vous êtes la diversité!», salue Frani Elle. Les tignasses et les drapeaux arc-en-ciel se démarquent, sur cette place du marché devenue Village de la Pride. «C’est un bon début», décompresse Gonzague Bochud, président «heureux» du comité d’organisation. «Le monde viendra demain» (ndlr: samedi).

Entre prévention et militantisme
Le village est en partie constitué de snacks et de bars – «Coming out» et «Blowjob» à la carte des boissons. Les godemichés d’une «boutique inclusive et bienveillante dédiée à la santé sexuelle» se dressent sur un stand. Ils rivalisent mal avec le condom géant et rose fluo qui flanque le stand du Centre Empreinte, Fondation du Tremplin.
Un jeu – une roue de la fortune – permet d’ouvrir le dialogue avec les passants, sur l’identité de genre, l’orientation sexuelle, le préservatif, le clitoris, les relations amoureuses. «On est là pour parler de manière décomplexée», explique Fanny Joye, infirmière du Centre Empreinte.

Pink Cross s’est installé à l’opposé de la place, près de la statue de Chenaux. Ici, on s’engage «pour que les familles arc-en-ciel soient juridiquement protégées», explique le Valaisan Gaé Colussi, responsable romand de la faîtière suisse des hommes gay et bis.
Sarigai tient un bar juste en face. C’est l’association fribourgeoise pour la diversité sexuelle et de genre – une thématique à laquelle elle forme notamment la police cantonale. «On est ici pour nouer des contacts et recruter des adhérents. Et ce bar (à cocktail inclusif) nous permet de financer notre activité», explique Alexandre Korkia, ancien responsable du groupe politique de Sarigai.

Aussi politique
Les vert’libéraux sont aussi là, quelques jours avant l’entrée en vigueur du Mariage pour tous, initié par ce parti. «Plus d’égalité, de tolérance, d’ouverture: ça fait partie de notre ligne», lance la présidente cantonale Caroline Revaz. Les Verts aussi tiennent un stand: «Parce que le Mariage pour tous, c’est un pas vers l’égalité, mais ce n’est pas encore l’égalité», résume la députée Simone Grossrieder, une couronne de fleurs sur la tête.
D’autres organisations se poseront au Village de la Pride aujourd’hui, notamment 360°, le magazine queer suisse, et LOS, l’organisation suisse des lesbiennes.

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11