La Liberté

Arrestations à Moscou à un rassemblement d'épouses de soldats

Tous les samedis, des épouses de militaires déposent des fleurs sur la tombe du soldat inconnu, une action symbolique à l'ombre des murs du Kremlin pour réclamer leur retour du front. © KEYSTONE/AP
Tous les samedis, des épouses de militaires déposent des fleurs sur la tombe du soldat inconnu, une action symbolique à l'ombre des murs du Kremlin pour réclamer leur retour du front. © KEYSTONE/AP


Publié le 24.02.2024


La police russe a procédé samedi à plusieurs arrestations, notamment de journalistes, lors d'un rassemblement de femmes de soldats réclamant leur retour d'Ukraine, ont rapporté deux médias russes indépendants. Ce pays marque le 2e anniversaire de l'agression russe

Tous les samedis, ces épouses de militaires déposent des fleurs sur la tombe du soldat inconnu, une action symbolique à l'ombre des murs du Kremlin pour réclamer leur retour du front.

La police a mis en garde les médias, y compris l'AFP, de ne pas se rendre à ces rassemblements, et y arrête les journalistes passant outre cet avertissement.

Déposer des fleurs risqué

Des vidéos des médias Sota et SOTAvision montrant des policiers interpellant plusieurs personnes, dont deux portant un gilet jaune barré du mot "presse", venus couvrir la réunion hebdomadaire du mouvement "Pout Domoï" (Le chemin de la maison, en russe) près de la flamme du soldat inconnu. Selon SOTAvision, deux de ses reporters font partis des détenus.

L'une des femmes de soldat a indiqué à SOTAvision, dans une vidéo, que les militantes de mouvement avaient pu déposer les fleurs, mais qu'elles étaient "sous contrôle, dans un convoi de forces de l'ordre".

"De nos jours, simplement déposer des fleurs est une action citoyenne qui n'est pas sans risque", a dit l'activiste, dont le nom n'a pas été précisé.

"Jeune fille, arrêtez de tourner !"

Dans une autre vidéo, un policier ordonne à une journaliste de SOTAvision qui est en train d'être interpellée de couper sa caméra sous peine de poursuites pénales.

"Jeune fille, arrêtez de tourner ! Je le répète ! Vous êtes officiellement avertie ! Si vous ne vous conformez pas aux exigences légales d'un officier de police, vous serez poursuivie pour 'désobéissance à un ordre légal d'un officier de police' !", entend-on l'agent dire.

ats, afp

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11