La Liberté

08.03.2021

La poussée des Verts renforce la gauche en ville de Fribourg

Avant de s'installer à Fribourg, Mirjam Ballmer, nouvelle conseillère communale, a pratiqué la politique à Bâle-Ville, où elle a été députée au Grand Conseil et coprésidente du parti cantonal des Verts. © KEYSTONE/CYRIL ZINGARO
Avant de s'installer à Fribourg, Mirjam Ballmer, nouvelle conseillère communale, a pratiqué la politique à Bâle-Ville, où elle a été députée au Grand Conseil et coprésidente du parti cantonal des Verts. © KEYSTONE/CYRIL ZINGARO
Partager cet article sur:
08.03.2021

La gauche sort renforcée à Fribourg après les élections communales, grâce à la confirmation de la poussée des Verts. Ces derniers entrent non seulement au Conseil communal, avec Mirjam Ballmer, mais font plus que doubler leur représentation au Conseil général.

L'avènement de Mirjam Ballmer ne constitue pas une surprise pour qui a suivi son parcours. La Bâloise d'origine, 38 ans, est certes portée par la vague favorable aux sujets environnementaux. Mais depuis son arrivée récente à Fribourg, elle a grimpé les échelons à grande vitesse, étant députée au Grand Conseil et coprésidente des Verts fribourgeois.

Son élection, au détriment du PLR, dont la conseillère communale Antoinette de Weck, en place depuis 2011, ne se représentait pas, confirme l'ancrage à gauche du chef-lieu cantonal. La gauche dispose en effet désormais de 51 des 80 sièges du législatif, contre 43 auparavant. Un renforcement qui permettra d'asseoir la politique engagée depuis 2016.

Développement durable

Parmi les ambitions figurent le plan d’aménagement local, la création d’un service de l’énergie et du développement durable ainsi que l'instauration d'une nouvelle politique de mobilité sous la houlette du conseiller communal chrétien-social (Centre Gauche-PCS) Pierre-Olivier Nobs, finalement réélu dimanche malgré les craintes des siens.

Outre Mirjam Ballmer et Pierre-Olivier Nobs, l'exécutif s'appuiera sur les deux socialistes sortants, Andrea Burgener Woeffray et le syndic Thierry Steiert, les deux conseillers communaux les mieux élus devant la Verte. Le seul rescapé à droite est Laurent Dietrich (PDC-Le Centre), grand argentier de la capitale cantonale et député au Grand Conseil.

Elections cantonales

La composition du Conseil général montre de même l'érosion d'un camp bourgeois qui ne pourra qu'accroître ses critiques envers la politique de la majorité pour s'affirmer jusqu'en 2026. Le PDC-Le Centre allié aux Vert'libéraux a ainsi perdu deux sièges pour tomber à 14, le PLR deux aussi à 8, alors que l'UDC en abandonne trois pour chuter à 6.

A gauche, les sièges sont allés au PS (23, -7), aux Verts (21, +13) et au CG-PCS (7, +2). La gauche se trouve ainsi en mesure d'accélérer la politique environnementale initiée dans la capitale. Reste à savoir maintenant si le résultat des urnes de dimanche constitue une répétition générale des élections cantonales du 7 novembre.

Grand Fribourg

Outre Fribourg, les Verts ont en effet réussi à faire leur entrée dans les exécutifs de Bulle, d'Estavayer et de Marly, parmi les autres communes les plus peuplées. Dans le chef-lieu gruérien, deuxième ville du canton avec 24'000 habitants, la droite demeure toutefois majoritaire tant au Conseil communal qu'au Conseil général.

Le projet de Grand Fribourg, visant à former une commune de 75'000 habitants, occupera également les discussions en vue du vote consultatif du 26 septembre. A ce propos, les élections de dimanche n'ont apporté que peu de changements à Avry, Belfaux, Corminbœuf, Givisiez, Granges-Paccot, Marly, Matran et Villars-sur-Glâne.

ats

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00