La Liberté

San Antonio aurait aimé «Milon»

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
Emil Porchet en 2010 dans son Amicale des chiens, située en pleine nature près du Mouret. © Alain Wicht
Emil Porchet en 2010 dans son Amicale des chiens, située en pleine nature près du Mouret. © Alain Wicht
Partager cet article sur:
08.04.2021

Pascal Bertschy

Le mot de la fin

Il est permis de parler des gens qu’on aime, non? Bon, très bien, «Milon» m’a téléphoné l’autre jour. «Tu pourrais m’aider à écrire une lettre?»

Des hommes comme Emil Porchet, dit «Milon», on n’en fait plus et on n’en reverra plus.

Ici-bas, cet ange a ses paradis. D’abord près du Mouret, au creux d’un val avec cabane et ruisseau, où il donne des cours d’éducation canine. Ensuite dans la ferme de Joséphine Dard à Bonnefontaine, qui abrite ses chèvres, lapins et poules.

Sa lettre, «Milon» voulait la faire pour elle. Pour remercier Joséphine Dard de mettre à sa disposition depuis vingt ans le terrain de l’Amicale des chiens, qu’elle a baptisé «le petit paradis d’Emil». Et merci aussi à tous ceux q

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00