La Liberté

Louise Glück, le vers rare

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
L’œuvre poétique de Louise Glück est une polyphonie énigmatique, portée par un insaisissable Je. © Keystone
L’œuvre poétique de Louise Glück est une polyphonie énigmatique, portée par un insaisissable Je. © Keystone
Partager cet article sur:
01.05.2021

Mise en lumière par le Prix Nobel de littérature, la discrète poétesse américaine est enfin traduite en français. Découverte d’une œuvre

Thierry Raboud

Poésie » Le jury du Nobel de littérature érige chaque année une œuvre en monument dont, bien souvent, la majorité des lecteurs francophones n’a jamais entendu parler. A fortiori s’agissant de poésie. Si Mo Yan (2012), Svetlana Alexievitch (2015), Kazuo Ishiguro (2017) ou encore Olga Tokarczuk (2018) avaient vu quelques ouvrages paraître en traduction française avant de recevoir leur médaille suédoise, ce n’est pas le cas de Louise Glück. En octobre dernier, alors que la poétesse américaine recevait à son tour la haute distinction, personne n’avait encore lu aucun de ses recueils dans la langue de Modiano.

Les traducteurs, depuis, se sont attelés à la tâche. Et c’est une œuvre rare, tourmentée, profondément singulière, qui nous est révélée à la faveur de deux titres tout juste parus en version bilingue, à l’enseigne de Gallimard. D’autres devraient suivre chez le même éditeur.

Jardin familial

Née en 1943 à New York, Louise Glück n’a publié qu’une douzaine d’ouvrages en u

Dans la même rubrique
Articles les plus lus
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00