La Liberté

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés

Portrait: Au Cully Jazz Festival, Kate Espasandin programme le «off»

Le Cully Jazz Festival aura lieu du 5 au 13 avril, avec ses trois scènes sur lesquelles se produiront Dee Dee Bridgewater ou Kyle Eastwood et sa quinzaine de caveaux dévolus au festival «off».

Dernier bol d’air avant d’écumer les caveaux de Cully… © Cédric Vincensini
Dernier bol d’air avant d’écumer les caveaux de Cully… © Cédric Vincensini

Roderic Mounir

Publié le 03.04.2024

Temps de lecture estimé : 5 minutes

«En ce qui me concerne, tout est bouclé depuis des mois.» Kate Espasandin peut compter sur une équipe de promotion et de production «au taquet, hypercompétente». Programmatrice du «off» au Cully Jazz ­Festival, elle aborde avec sérénité sa dixième édition – elle a été stagiaire avant de toucher à l’artistique. Dee Dee Bridgewater, Monty Alexander, Kyle Eastwood, Avishai Cohen, Dhafer Youssef, Elina Duni et Rob Luft, Laure Betris… Vendredi débute la 41e édition du Cully Jazz Festival, avec ses trois scènes et la quinzaine de caveaux du «off»: ­disséminés dans le bourg vaudois, ces tremplins en libre accès offrent un aperçu de l’émergence suisse, ­foisonnement de projets nouveaux ou éphémères.

Sous la sérénité point une insatisfaction tenace. «Je ne vois que les aspects négatifs, ce qu’il faudrait changer, améliorer.» Une formule réussie, pour la curatrice, tient à une pincée d’ingrédients qui lui échappent: des musiciens en état de grâce, un public attentif, la sauce qui prend.

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11