La Liberté

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés

La désillusion des cultivateurs de coca

La Colombie ne les a pas aidés à se reconvertir. Ils n’espèrent rien de l’élection présidentielle dimanche

En Colombie, il est très difficile pour les cultivateurs de coca de trouver une activité alternative aussi rémunératrice. © Keystone
En Colombie, il est très difficile pour les cultivateurs de coca de trouver une activité alternative aussi rémunératrice. © Keystone

Nolwenn Jaumouillé

Publié le 24.05.2022

Temps de lecture estimé : 6 minutes

Partager cet article sur:

Colombie » Don Tito Orjuela a 11 ans lorsqu’il apprend à transformer la coca dans un laboratoire de production de cocaïne à Puerto Lleras, dans le centre de la Colombie. Il en a 47 quand il décide en 2015 d’arracher ses 7 ha de plants de coca illicites à Vista Hermosa, un peu plus au nord. «J’ai travaillé toute ma vie avec la coca», raconte cet agriculteur, attablé dans un café de ce village qui fut longtemps le théâtre des affrontements opposant pendant plus de 50 ans l’Etat colombien à la guérilla des FARC. Ce fut aussi une région d’intense production de cocaïne, source de financement des groupes armés.

En 2016, l’accord de paix signé entre les deux parties prévoit de soutenir les cultivateurs de coca prêts à rentrer dans le rang. C’est à cette occasion que Don Tito, comme 99 000

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11