La Liberté

Moscou célèbre une victoire ancienne

Vladimir Poutine se pose en défenseur de «la patrie» face à une Otan présentée en conquérante

Deux manières de se présenter au public lors de la célébration de la victoire: Vladimir Poutine au défilé civil à Moscou. Volodymyr Zelensky prononçant un discours par vidéo diffusée sur Twitter, sur fond de rues de Kiev désertes. © Keystone / Ministère ukrainien des affaires étrangères /Twitter
Deux manières de se présenter au public lors de la célébration de la victoire: Vladimir Poutine au défilé civil à Moscou. Volodymyr Zelensky prononçant un discours par vidéo diffusée sur Twitter, sur fond de rues de Kiev désertes. © Keystone / Ministère ukrainien des affaires étrangères /Twitter
Moscou célèbre une victoire ancienne
Moscou célèbre une victoire ancienne
Publié le 10.05.2022

Temps de lecture estimé : 7 minutes

Partager cet article sur:

Guerre » Le président russe Vladimir Poutine a proclamé hier que son armée combattait en Ukraine pour défendre «la patrie» face à la «menace inacceptable» que représente son voisin soutenu par l’Occident, devant des milliers de soldats russes défilant sur la place Rouge.

Vladimir Poutine a réitéré ses arguments et accusations pour justifier son invasion de l’Ukraine lancée le 24 février dernier. «Je m’adresse à nos forces armées: vous vous battez pour la patrie, pour son avenir», a-t-il lancé.

Il a répété que les autorités ukrainiennes préparaient une attaque contre des séparatistes prorusses dans l’est du pays, voulaient se doter de la bombe atomique et étaient soutenues par l’Otan. «Une menace absolument inacceptable se constituait, directement à nos frontières», a-t-il affirmé, accusant encore une fois son voisin de néonazisme.

Les forces de l’ordre, déployées sur le parcours du défilé à travers le centre-ville, portaient à l’épaule droite la lettre Z, devenue un symbole des partisans de l’offensive en Ukraine, car elle orne les véhicules et blindés d’unités russes déployées dans le conflit.

Pas d’avions

Après son discours, 11 000 soldats, des dizaines de véhicules, dont des lance-missiles stratégiques, des chars sont passés sur la place Rouge. Parmi eux, des unités présentées comme revenant du front ukrainien. La partie aérienne a elle dû être annulée à cause d’une météo défavorable, selon le Kremlin.

Depuis l’arrivée au pouvoir de Vladimir Poutine en 2000, la traditionnelle parade du 9 mai célèbre autant la victoire soviétique sur l’Allemagne nazie que la puissance russe retrouvée après la chute de l’URSS. Le président russe s’efforce aussi de placer le conflit en Ukraine dans la droite ligne de 1945, qualifiant l’adversaire de «néonazi».

Sur le terrain hier, «des batailles très intenses se déroulaient autour de Roubijné et de Bilogorivka» dans la région de Lougansk, a indiqué le gouverneur Serguiï Gaïdaï. «L’aviation, l’artillerie et les mortiers y sont actifs. Beaucoup de combattants des deux côtés», décrit-il.

La Russie n’a jusqu’à présent pu revendiquer le contrôle complet que d’une ville d’importance, Kherson (sud), et l’offensive militaire que nombre d’experts prédisaient comme fulgurante a été marquée par des déconvenues, notamment logistiques.

A l’étranger aussi

Après avoir échoué aux portes de Kiev, l’état-major russe a dû revoir ses objectifs à la baisse en resserrant l’offensive sur l’est et le sud du pays.

A Marioupol, port du sud-est de l’Ukraine presque entièrement sous contrôle russe, où les militaires ukrainiens qui résistent toujours dans l’immense aciérie Azovstal ont exclu de se rendre, les séparatistes prorusses ont défilé pour le 9 mai.

Dans d’autres pays, environ 200 personnes ont participé lundi à Belgrade (Serbie) à un défilé pour marquer, avec des drapeaux russes, la victoire soviétique sur les nazis en 1945, tandis qu’une commémoration à Sofia (Bulgarie) a été émaillée d’incidents avec des manifestants pro-Ukraine.

L’ambassadeur russe en Pologne a été arrosé lundi d’une substance rouge et pris à partie par des manifestants pro-ukrainiens à Varsovie à l’occasion de l’anniversaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale, incident aussitôt dénoncé par Moscou.

Selon un photographe de l’AFP présent sur place, des militants pro-Ukraine, scandant «fascistes» et brandissant le drapeau national ukrainien, ont bloqué le passage de l’ambassadeur alors qu’il devait déposer une gerbe au cimetière de Varsovie où reposent les soldats soviétiques morts durant la Seconde Guerre mondiale. ATS


Zelensky: «Les Ukrainiens ont chassé les nazis»

Dans une vidéo, le président revendique l’engagement de ses compatriotes dans la lutte contre le nazisme

L’Ukraine ne laissera pas la Russie «s’approprier la victoire sur le nazisme» en 1945, a déclaré le président ukrainien Volodymyr Zelensky hier, jour où la Russie fêtait en grande pompe la victoire dans la Seconde Guerre mondiale.

«Nous sommes fiers de nos prédécesseurs qui, avec d’autres peuples dans le cadre de la coalition antihitlérienne, ont vaincu le nazisme. Nous ne laisserons personne annexer cette victoire, se l’approprier», a-t-il déclaré dans un message vidéo, qui le montre marchant dans l’avenue centrale de Kiev, Khreshchatyk.

«Notre ennemi rêvait de nous voir renoncer à fêter le 9 mai et la victoire sur les nazis pour que le mot dénazification obtienne une chance», a-t-il ajouté.

«Dénazifier» l’Ukraine est le principal motif avancé par le président russe Vladimir Poutine pour justifier l’invasion de l’Ukraine le 24 février.

«Des millions d’Ukrainiens ont lutté contre le nazisme (…), ont chassé les nazis de Lougansk, ont chassé les nazis de Donetsk, ont libéré des occupants Kherson, Melitopol, Berdiansk, ont chassé les nazis de Yalta, de Simferopol, de Kertch et de toute la Crimée, ont libéré Marioupol des nazis», a déclaré le président Zelensky en citant des villes de l’est et du sud de l’Ukraine actuellement occupées par les troupes russes ou des villes de Crimée, annexée par la Russie en 2014.

«Ils ont chassé les nazis de toute l’Ukraine, mais les villes que j’ai citées aujourd’hui nous inspirent particulièrement, cela nous donne la foi dans le fait que nous chasserons les occupants de notre terre», a-t-il poursuivi.

«Le jour de la victoire sur les nazis, nous nous battons pour une autre victoire, la voie vers cette victoire est longue mais nous n’avons pas de doutes sur notre victoire, a-t-il insisté. Nous avons vaincu à l’époque, nous vaincrons maintenant.»

«Et très bientôt l’Ukraine fêtera deux jours de victoire», a-t-il conclu. ATS


Les faits du jour

Le président du Conseil européen Charles Michel a livré hier un message de soutien appuyé aux Ukrainiens, lors d’une visite surprise à Odessa, grande ville du sud où il a été obligé de s’abriter un moment à cause de frappes dans la région.

Europe » L’Union européenne affichait hier ses valeurs de paix et d’unité en opposition au discours guerrier de Vladimir Poutine, en célébrant à Strasbourg la Journée de l’Europe autour du président français Emmanuel Macron, fraîchement réélu.

Droits humains » Le Conseil des droits de l’homme de l’ONU va organiser jeudi à la demande de Kiev, soutenu par des dizaines de pays, dont la Suisse, une session extraordinaire sur «la détérioration de la situation des droits humains en Ukraine» envahie par la Russie.

Royaume-Uni » Le Gouvernement britannique a annoncé un nouveau train de sanctions commerciales contre la Russie et le Bélarus. Il comprend des interdictions d’exportations visant l’industrie russe. ATS

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
  • Boris Johnson toujours plus isolé

    Royaume-Uni » Après la démission hier de deux de ses ministres, le premier ministre est plus que jamais mis sous pression.Lassés des scandales à répétition,...
  • Bombardement sur Sloviansk

    Guerre en Ukraine » Les forces russes ont continué hier d’avancer dans le Donbass, bassin industriel de l’est de l’Ukraine qu’elles veulent finir de...
  • pictogramme abonné La Liberté Une équipe puisée dans la Macronie

    Dix-neuf entrants et cinq partants, dont Damien Abad: le gouvernement d’Elisabeth Borne a été remanié
  • Etat d’urgence dû à la sécheresse

    Italie » L’Italie a décrété hier l’état d’urgence dans cinq régions du Nord. Elle a annoncé le déblocage d’un fonds de 36,5 millions d’euros pour faire face...
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11