La Liberté

Napoléon, Trafalgar et Jersey

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
Partager cet article sur:
08.05.2021

Après-Brexit. La tentation était trop forte. Au moment même où la France commémorait Napoléon, cette semaine, le premier ministre britannique s’est transformé en amiral Nelson. Concrètement, il s’agissait de faire lever le «siège» de Saint-Hélier (capitale de l’île de Jersey) par une modeste poignée de bateaux de pêche français. Devant la «menace» de blocus, Boris Johnson (Keystone) a envoyé deux patrouilleurs sur zone afin de refroidir les ardeurs gauloises…

A la source de ce premier clash de l’après-Brexit entre Paris et Londres, il y a le mécontentement des pêcheurs français. Ceux-ci dénoncent la perte d’une partie de leurs droits d’accès aux eaux poissonneuses des îles anglo-normandes (membres de la Couronne britannique mais non incluses dans les accords du Brexit).

Or, lors du Brexit, Londres a effectivement pris l’engagement d’autoriser la poursuite de la pêche au niveau moyen réalisé dans les eaux de Jersey entre 2017 et 2020. Mais les autorités de Jersey ont déci

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00