La Liberté

Loki, entre variants et multivers

Loki est le personnage que l'on adore détester. © Disney +
Loki est le personnage que l'on adore détester. © Disney +
Partager cet article sur:
04.10.2021

L’article en ligne – Critique série » La série Loki, sortie en juin 2021, nous présente la tant attendue notion de multivers grâce à laquelle nous découvrons, au fil des épisodes, divers variants du personnage éponyme.

Elsa Rohrbasser

Cette critique commencera par un aveu : je n’ai pas tout compris. Néanmoins, malgré les difficultés de mon esprit à assimiler les notions de multivers et autres flux temporels, je dois bien admettre que je ne suis     que très rarement déçue par l’univers cinématographique Marvel. La série Loki fait ainsi partie des jolies réussites du géant Marvel Studios.

Sortie sur Disney+ en juin 2021, la série de 6 épisodes est basée –comme son nom l’indique– sur le personnage de Loki, brillamment interprété par Tom Hiddleston depuis 2011. Loki, c’est LE personnage que l’on adore détester : dieu de la tromperie, illusionniste malicieux, intelligent et manipulateur, il n’en est pas moins attachant. Si l’on connait bien l’univers cinématographique de Marvel (MCU), on sait que ce qu’il souhaite n’est ni le pouvoir, ni le trône d’Asgard – capitale du royaume éponyme où Loki a grandi – mais davantage la reconnaissance de son père adoptif Odin et de son demi-frère Thor. Un personnage complexe donc, plein de failles et de faiblesses qui font de lui un méchant dont on comprend la colère, les erreurs et les mauvaises fréquentations. On lui pardonne presque tout.

Un casse-tête chronologique, mais pas seulement.

Chronologiquement, la série Loki se déroule après le film Avengers : Endgame. Afin de contextualiser un peu, et de saisir –entre autres– pourquoi je n’ai pas tout compris, il est important de se souvenir que Loki est mort des mains de Thanos (le super grand méchant qui a éradiqué la moitié de la planète en un claquement de doigts) dans le film Avengers : Infinity War qui est sorti avant Endgame. Mais il se trouve que le malicieux Loki est encore en vie dans une réalité alternative. En effet, à la suite d’un retour dans le temps des Avengers, le Tesseract –un Cube contenant une Pierre d’infinité, celle de l’Espace– est volé par Loki afin de s’échapper. Je vous avais prévenu, ce n’est pas si simple… C’est là qu’il est arrêté par une mystérieuse autorité nommée Tribunal des Variations Anachroniques, dont l’acronyme est TVA (pas très glamour dans la langue de Molière, il faut bien l’admettre). Pour faire court, le TVA est un organisme qui agit pour arrêter toute personne qui tenterait d'altérer le passé ou le futur et qui protège l’« éternel flux temporel ».

De quoi ça parle ?

Grosso modo, et afin d’éviter un quelconque spoil, je me contenterai de vous dire qu’un agent du TVA, Mobius, demande à Loki de collaborer afin de retrouver une version alternative de lui-même qui crée le chaos à des époques variées du temps. On découvre rapidement que cette version de lui-même est Sylvie, son variant féminin. Tous deux s'allient et partent à la recherche du créateur du TVA.
Malgré des dialogues parfois un peu pompeux, la série offre de beaux moments de divertissements. Les décors sont impressionnants, les acteurs sont bons et les rebondissements sont nombreux. Rien de particulièrement transcendant, mais une série qui se laisse volontiers regarder lorsque l’on est un peu attaché à l’univers Marvel. Quand bien même la notion de multivers n’est pas encore parfaitement claire ou du moins pas totalement aboutie, elle laisse présager de fantastiques histoires pour la suite du MCU, avec celles Doctor Strange et Spider Man notamment. On attend la suite avec impatience.

 

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00