La Liberté

A l’image de notre monde

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
Spécialiste de l’histoire des images, André Rouillé montre en quoi la photo numérique, cette «défaite de l’œil», a modifié notre rapport au monde visible. © Random Institute
Spécialiste de l’histoire des images, André Rouillé montre en quoi la photo numérique, cette «défaite de l’œil», a modifié notre rapport au monde visible. © Random Institute
Partager cet article sur:
25.11.2020

Un essai sur la photographie analyse le «séisme esthétique» né du passage au numérique

Thierry Raboud

Réflexion » Tenir l’écran entre le monde et soi, figer l’instant, puis l’envoyer aux quatre vents. Une expérience si banale, si constitutive de notre modernité qu’on en viendrait presque à oublier qu’il s’agit là de photographie. Un art né de processus mécaniques, optiques et chimiques, devenu grand en sa capacité à ordonner le réel, à l’organiser par la subjectivité d’un œil collé au viseur. Il générait des objets physiques voués à l’archive ou à la contemplation, voici qu’il crée un insaisissable matériau versé dans les flux immatériels… Au-delà d’un simple basculement de l’argentique au numérique, c’est un véritable «séisme esthétique» que décrit soigneusement André

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00