La Liberté

Rendre un trésor, et la mémoire

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
Dans la vitrine «Nigeria» du Musée d’ethnographie de Genève, plusieurs objets évoquent la cour royale de Benin City, dont une défense sculptée et une cloche d’autel ancestral. MEG
Dans la vitrine «Nigeria» du Musée d’ethnographie de Genève, plusieurs objets évoquent la cour royale de Benin City, dont une défense sculptée et une cloche d’autel ancestral. MEG
Partager cet article sur:
16.02.2021

La Suisse lance un projet d’identification de pièces spoliées il y a plus d’un siècle au Nigeria. Enjeux

Gilles Labarthe

Patrimoine » Février 1897. Les Britanniques lancent une vaste expédition punitive au cœur du royaume florissant de Bénin (au sud-ouest de l’actuel Nigeria). Motif: venger six hommes dont un consul, tués en venant demander la destitution du souverain traditionnel, l’Oba Ovǫnramwęn Nǫgbaisi. Si ce roi local est ouvert au négoce avec les colons européens, il refuse de se soumettre aux puissances étrangères dans cette région stratégique du delta du Niger, important axe commercial.

Le 17 février, sur ordre du Foreign Office à Londres, plus de 1200 soldats dirigés par le sinistre amiral anglais Harry Rawson prennent d’assaut la capitale du royaume, Benin City. L’attaque est sans pitié; la ville, saccagée, incendiée, réduite en cendres. Les assaillants ne comptent pas le nombre de victimes mais de mémoire orale, on parl

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00