La Liberté

Thomas Wiesel, couci-couça

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
Thomas Wiesel, devant le théâtre Boulimie à Lausanne © Jean-Bernard Sieber/ARC
Thomas Wiesel, devant le théâtre Boulimie à Lausanne © Jean-Bernard Sieber/ARC
Partager cet article sur:
28.05.2021

C’est surtout sur les réseaux sociaux que Thomas Wiesel a existé ces derniers mois, loin des planches. Entretien avec un humoriste que certains jugent «trop politique».

Aurélie Lebreau

Il vient de retrouver la scène en catimini, le temps de deux dates au théâtre Boulimie à Lausanne, où il a présenté sa dernière création intitulée Ça va. Mais pour lui, ce n’est clairement pas encore la fête. «Depuis une année, on s’est réjoui si souvent à tort de retrouver la scène qu’avant d’avoir un pied dessus et une salle pleine devant moi, je ne prends plus rien pour acquis», lâche-t-il sur une terrasse lausannoise battue par le vent. La bise, la pluie, une vie culturelle qui redémarre à la vitesse d’un escargot alors que les saisons théâtrales, qui n’ont quasiment pas eu le temps d’exister, sont sur le point de s’achever: autant d’éléments qui laissent le trentenaire maussade.

«Certains m’ont avoué qu’ils ne s’info

Articles les plus lus
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00