La Liberté

Comme un air de déjà-vu

Le FC Sion et le Fribourgeois Musa Araz (à gauche) joueront sans public dès leur sortie de quarantaine. Pour autant que la saison de Super League se poursuive… Keystone
Le FC Sion et le Fribourgeois Musa Araz (à gauche) joueront sans public dès leur sortie de quarantaine. Pour autant que la saison de Super League se poursuive… Keystone
Partager cet article sur:
22.10.2020

En Valais, le sport amateur est à l’arrêt tandis que le FC Sion, en quarantaine, devra jouer à huis clos

Laurent Ducret

Pandémie » La seconde vague du Covid-19 ébranle le sport suisse mais elle ne le met pas – encore – à l’arrêt. Son avenir s’écrit toutefois en pointillé après les décisions des cantons de Berne et de Bâle-Ville d’abaisser la jauge des spectateurs à 1000 et le huis clos prononcé par le Valais pour le sport professionnel. Les mesures prises par Bâle-Ville courent jusqu’à la fin de l’année, celles du Valais jusqu’à la fin novembre.

La Swiss Football League (SFL) et les ligues de hockey sur glace ne sont pas encore prêtes à siffler un temps mort pour laisser passer cette seconde vague. Ils attendent sans doute les décisions qu’arrêtera ces prochains jours le Conseil fédéral et aussi notamment les cantons de Genève, de Fribourg, de Vaud et de Zurich. «Il convient de parler avec les clubs, souligne le porte-parole de la SFL, Philippe Guggisberg. Mais il faut reconnaître que cette seconde vague a surgi plus vite qu’on aurait pu le penser…» «Nous continuerons à jouer», assure pour sa part le directeur de la SFL, Claudius Schäfer.

Sion en quarantaine

Au point de perturber déjà le bon déroulement du championnat de la Super League. En raison de la quarantaine imposée à plusieurs de ses joueurs, le FC Bâle n’a pas joué dimanche dernier à Zurich et ne jouera pas ce dimanche contre Lausanne. Egalement sous le régime de la quarantaine après la révélation des résultats des tests passés mardi, le FC Sion ne jouera pas ce dimanche contre le Servette FC. Le club valaisan a demandé à la SFL le renvoi de la rencontre du 1er novembre à Lucerne, dans la mesure où les joueurs ne pourront pas reprendre l’entraînement avant le… 31 octobre.

«Je dois avouer que la situation sanitaire en Valais est devenue très préoccupante», souligne le président Christian Constantin. Ainsi, l’équipe M21 du club sédunois, qui milite en Promotion League, ne peut plus s’entraîner et jouer en Valais en raison des mesures cantonales qui interdisent la pratique des sports de contact (football, basketball, hockey sur glace, sports de combat) au niveau amateur. «L’équipe joue en principe ce samedi à Carouge. Elle devra peut-être aller s’entraîner sur Vaud», glisse son président.

Retour des RHT?

Si les saisons de football et de hockey sur glace devaient s’interrompre, les clubs devront se tourner vers la Confédération pour permettre à nouveau à leurs joueurs sous contrat de bénéficier du chômage partiel. Une nouvelle ordonnance est nécessaire pour valider le même régime d’exception qu’au printemps. «Si l’on interdit à quelqu’un d’exercer sa profession, il faut en assumer les conséquences», souligne ainsi le directeur général du HC Fribourg-Gottéron, Raphaël Berger.

L’ancien défenseur se félicite de la décision de supprimer la fenêtre internationale de novembre. Avec cette seconde vague qui est arrivée, jouer à l’étranger sonne comme le risque de trop. En football, on peut imaginer que les clubs ne laisseront pas partir sans réagir leurs joueurs en Afrique, en Amérique du Sud et dans des pays européens où la pandémie est si difficile à enrayer sans sourciller. «Je me demande si l’on jouera toujours au foot dans deux semaines», s’interroge sans doute avec raison Christian Constantin. Pour l’instant toutefois, on n’y joue plus en Valais! ATS


Le FC Bulle devrait jouer samedi contre les Valaisans de Naters

Après la décision du canton du Valais d’interdire les sports de contact, dont le football, pour contrer la propagation du Covid-19 hier, la question de la tenue du match du FC Bulle face à Naters de samedi s’est posée. En effet, en Valais, les clubs professionnels peuvent continuer à s’entraîner et jouer – à huis clos – mais plus les amateurs. Quid de la première ligue, championnat entre deux eaux? Naters veut faire valoir le fait qu’il appartient à la première catégorie et se déplacera donc à Bouleyres samedi tout en attendant les réponses des autorités cantonales concernant la suite. C’est le message qu’a passé le président haut-valaisan Hans Ritz au comité de la première ligue, tout en assurant vouloir jouer ce week-end. Au sein de l’instance régissant tant la Promotion League que la première ligue, la volonté est d’aller le plus loin possible dans ce premier tour. Si d’autres mesures devaient contraindre le championnat à s’arrêter plus vite, les rencontres seraient rattrapées au printemps, pour autant que la situation se détende d’ici là.

Le FC Bulle pourrait cependant ne pas être le seul club du canton impacté. Mais tant Monthey, Troistorrents et Helios en basket que Sm’Aech en volley pourront toujours jouer. Fribourg Olympic, Elfic Fribourg et les Power Cats de Guin vont donc pouvoir continuer leur championnat, jusqu’à nouvel avis. PB

Dans la même rubrique
Articles les plus lus
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00