La Liberté

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés

Presque un nouveau cas chaque jour

Depuis sa création en janvier passé, le Service de signalement de manquements à l’éthique ne chôme pas

Deux membres de l’équipe de Suisse de gymnastique rythmique lors des qualifications pour les Jeux olympiques 2012 à Londres. © Keystone-archives/photo prétexte
Deux membres de l’équipe de Suisse de gymnastique rythmique lors des qualifications pour les Jeux olympiques 2012 à Londres. © Keystone-archives/photo prétexte

François Rossier

Publié le 20.04.2022

Temps de lecture estimé : 5 minutes

Partager cet article sur:

Ethique » Il aura fallu les révélations de cas de harcèlement dans le monde de la gymnastique suisse pour que les choses bougent. «Ces abus nous ont ouvert les yeux», avait d’ailleurs reconnu Andres Trautmann, alors collaborateur de la section Ethique de Swiss Olympic. Quelques mois après ces témoignages poignants, Swiss Olympic et l’Office fédéral du sport (OFSPO) se sont mis d’accord pour créer un Service de signalement de manquements à l’éthique dans le sport suisse. «L’idée de base consiste à protéger la santé et le bien-être des sportives et sportifs ainsi que la crédibilité du sport souhaitée par la population», résume sur son site internet la Fondation Swiss Sport Integrity, qui a présenté hier par vidéoconférence sa rétrospective de l’ann&ea

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11