La Liberté

Un Sherlock Holmes vaudois à Zurich

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
Matthieu Leimgruber sait rester calme, même lorsqu’il s’agit d’affronter des vents contraires. © Keystone
Matthieu Leimgruber sait rester calme, même lorsqu’il s’agit d’affronter des vents contraires. © Keystone
Partager cet article sur:
20.11.2020

L’historien Matthieu Leimgruber a dirigé une nouvelle étude sur le marchand d’armes Emil Bührle

Ariane Gigon, Zurich

Histoire » Ils auraient pu lui coûter sa carrière, ces réseaux d’influence et de pouvoir dont l’historien Matthieu Leimgruber, professeur à l’Université de Zurich depuis 2015, est spécialiste. S’il est toujours en place, et reconnu pour son travail, il a néanmoins été bien bousculé ces derniers mois, poussant sa hiérarchie à sortir les grands moyens pour le défendre. Raison de la dispute: le travail qu’il a dirigé sur Emil Bührle (1890-1956), marchand d’armes et mécène indissociable du Kunsthaus de Zurich.

Pour Matthieu Leimgruber, une étape a été franchie cette semaine: les 234 pages du rapport commandé par la ville et le canton de Zurich, Affaires de guerre, capital et Kunsthaus, ont été présentées en public et largement commentées dans les média

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00