La Liberté

09.06.2021

Chine: des éléphants s'offrent une sieste en pleine équipée

Les pachydermes se sont octroyés un peu de repos après un périple de plus de 500 km. © KEYSTONE/AP
Les pachydermes se sont octroyés un peu de repos après un périple de plus de 500 km. © KEYSTONE/AP
Partager cet article sur:
09.06.2021

Ils ont le sommeil lourd... Le troupeau d'éléphants sauvages échappé d'une réserve du sud-ouest de la Chine a été vu en plein sommeil dans une forêt après une marche de plus de 500 kilomètres. Leur équipée tient le pays en haleine.

La quinzaine de pachydermes, dont trois éléphanteaux, ont quitté mi-avril leur réserve de Xishuangbanna, une région frontalière du Laos et de la Birmanie.

La raison de leur inhabituelle migration reste un mystère, mais les éléphants ont mis à sac sur leur passage des champs de maïs et occasionné de nombreux dégâts matériels dans les localités traversées.

L'histoire passionne en Chine, où la télévision publique CCTV retransmet désormais en direct et en continu sur internet la pérégrination des éléphants.

Des images ont montré lundi le troupeau en plein sommeil, allongé dans une forêt en périphérie de Kunming, une grande métropole du sud-ouest de la Chine. L'un des éléphanteaux tentait de se hisser, avec difficulté, sur le dos d'un adulte allongé à proximité.

Les autorités ont mobilisé 400 personnes pour suivre les mouvements du troupeau avec des drones et des caméras infrarouges, afin d'assurer la sécurité de la population. Les animaux ont notamment traversé des villes de nuit et stationné sur de grands axes routiers. Pour tenter de les canaliser, les autorités tentent de les attirer avec de la nourriture et de bloquer des routes à l'aide de camions.

Les zoologues ne comprennent pas ce qui a pu amener le troupeau à quitter sa réserve sur une distance aussi longue. Les pachydermes tendent cependant ces dernières années à se rapprocher de villages, alors que les plantes qu'ils mangent habituellement sont remplacées par des espèces non comestibles.

Les éléphants sauvages sont protégés en Chine, avec une population évaluée à 300 têtes, contre moins de 200 dans les années 1980. Ils vivent exclusivement dans la région touristique et tropicale de Xishuangbanna.

ats, afp

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00