La Liberté

Postcom augmente le salaire minimum à 19 francs de l'heure

La PostCom fixe le salaire horaire minimum à 19 francs l'heure à partir du 1er juillet 2023 (archives). © KEYSTONE/AP/FRANK AUGSTEIN
La PostCom fixe le salaire horaire minimum à 19 francs l'heure à partir du 1er juillet 2023 (archives). © KEYSTONE/AP/FRANK AUGSTEIN
La PostCom fixe le salaire horaire minimum à 19 francs l'heure à partir du 1er juillet 2023 (archives). © KEYSTONE/AP/FRANK AUGSTEIN
La PostCom fixe le salaire horaire minimum à 19 francs l'heure à partir du 1er juillet 2023 (archives). © KEYSTONE/AP/FRANK AUGSTEIN


Publié le 24.11.2022
Partager cet article sur:


Le salaire horaire minimum brut dans le secteur postal passera à 19 francs au 1er juillet 2023. La Commission fédérale de la poste (PostCom) a adapté l'ordonnance ad hoc. Tous les prestataires de services postaux sont soumis aux exigences minimales de la PostCom.

Le salaire minimum est actuellement fixé à 18,27 francs de l'heure, selon l'ordonnance relative aux exigences minimales pour les conditions de travail dans le domaine des services postaux. L'augmentation prévue pour la mi-2023 permet aux prestataires de disposer d'assez de temps pour adapter les contrats, indique la PostCom jeudi dans un communiqué.

Lors de la consultation, Syndicom avait déjà jugé cette hausse à 19 francs inacceptable. Le syndicat a réitéré jeudi ses critiques: un tel salaire minimum est "insultant" pour des jobs difficiles, comme le tri ou la distribution de lettres et de colis.

PostCom méconnaît la réalité économique de la branche et légitime la concurrence que les acteurs du service postal se livrent sur le dos des employés, poursuit le syndicat. Celui-ci redoublera d'efforts pour réguler le marché par le biais du partenariat social. Syndicom mène actuellement des négociations sur une convention collective pour la branche de la distribution.

Pour les employés sans CCT

Le Conseil fédéral a délégué à la PostCom la compétence de définir les exigences minimales pour les conditions de travail dans le domaine des services postaux. Ces exigences visent à protéger du dumping salarial les employés non couverts par une convention collective de travail, tout en permettant l’entrée sur le marché de nouveaux prestataires de services postaux.

Tous les prestataires de services postaux professionnels doivent respecter les exigences minimales de la PostCom. Les sous-traitants sont aussi concernés, pour autant qu'ils réalisent plus de la moitié de leur chiffre d’affaires annuel en fournissant des services postaux.

Ces exigences minimales s’appliquent également à tous les employés temporaires exerçant une activité auprès d’un prestataire postal. Si des employés temporaires sont au bénéfice d’une convention collective plus avantageuse, ce sont les conditions de cette dernière qui s’appliquent.

Tendance à la hausse

Dans une étude commandée l'an dernier par l'autorité de surveillance, il ressort que les salaires les plus bas sur le marché postal ont augmenté au cours des quatre dernières années. Dans les entreprises enregistrées auprès de la PostCom, "les salaires ont souvent été fixés bien au-dessus du salaire minimum actuel, généralement dans le cadre de conventions collectives de travail", écrit-elle.

ats

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11