La Liberté

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés

L’invention de la Grèce

Il y a 200 ans, le peuple grec revendiquait son indépendance. La redécouverte de son patrimoine archéologique a contribué à exalter un sentiment national

Coupe transversale restaurée du Parthénon, de Benoît Loviot (1879). © Musée des beaux-arts, Bordeaux, Musée du Louvre, Beaux-Arts de Paris/PFY/DR
Coupe transversale restaurée du Parthénon, de Benoît Loviot (1879). © Musée des beaux-arts, Bordeaux, Musée du Louvre, Beaux-Arts de Paris/PFY/DR
e Sphinx des Naxiens, une sculpture d’époque archaïque de Delphes, dont un plâtre de l’Exposition universelle de Paris (1900) est présenté actuellement au Louvre dans le cadre de l’exposition Paris - Athènes. © Musée des beaux-arts, Bordeaux, Musée du Louvre, Beaux-Arts de Paris/PFY/DR
e Sphinx des Naxiens, une sculpture d’époque archaïque de Delphes, dont un plâtre de l’Exposition universelle de Paris (1900) est présenté actuellement au Louvre dans le cadre de l’exposition Paris - Athènes. © Musée des beaux-arts, Bordeaux, Musée du Louvre, Beaux-Arts de Paris/PFY/DR
La Grèce sur les ruines de Missolonghi, une huile sur toile d’Eugène Delacroix (1826). © Musée des beaux-arts, Bordeaux, Musée du Louvre, Beaux-Arts de Paris/PFY/DR
La Grèce sur les ruines de Missolonghi, une huile sur toile d’Eugène Delacroix (1826). © Musée des beaux-arts, Bordeaux, Musée du Louvre, Beaux-Arts de Paris/PFY/DR
Aphrodite dite Vénus de Milo, vers 150-125 avant J.-C. Découverte en avril 1820 à Mélos. © Musée du Louvre
Aphrodite dite Vénus de Milo, vers 150-125 avant J.-C. Découverte en avril 1820 à Mélos. © Musée du Louvre
L’invention de la Grèce
L’invention de la Grèce

Pascal Fleury

Publié le 13.11.2021

Temps de lecture estimé : 12 minutes

Partager cet article sur:

Bicentenaire » Les bras en croix, dans un geste de lamentation religieuse, la figure allégorique de la Grèce semble sortir du tombeau, à l’instar de ces Christs de l’imagerie iconique orthodoxe. L’œuvre d’Eugène Delacroix (voir à droite), peinte en 1826 au lendemain du massacre des habitants de Missolonghi par les Ottomans, devient vite un symbole d’un philhellénisme français très engagé.

Sous les atours d’une Aphrodite antique, la poitrine généreuse, les formes souples et la blancheur de la peau rappelant la Vénus de Milo, c’est toute la Grèce opprimée durant des siècles qui ressuscite, émergeant des ruines d’un passé glorieux remontant à l’Antiquité. «Le peintre compose un éloge au sacrifice des Grecs et à la morale de ceux qui préférè

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
  • pictogramme abonné La Liberté La lumière de Davos

    Grande figure de l’expressionnisme allemand, Ernst Ludwig Kirchner a vécu vingt ans dans la station grisonne. Une période fertile de sa carrière
  • pictogramme abonné La Liberté Exposition: Achille Laugé, expert en touches

    La fondation de l’Hermitage consacre une riche rétrospective à Achille Laugé, talentueux néo-impressionniste qui était tombé dans l’oubli
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11