La Liberté

«J’ai senti une nécessité»

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
Directrice du Belluard Bollwerk, festival fribourgeois d’arts vivants, Laurence Wagner veut laisser la porte ouverte aux artistes sur le point d’éclore.
Directrice du Belluard Bollwerk, festival fribourgeois d’arts vivants, Laurence Wagner veut laisser la porte ouverte aux artistes sur le point d’éclore.
«J’ai senti une nécessité»
«J’ai senti une nécessité»
«J’ai senti une nécessité»
«J’ai senti une nécessité»
Partager cet article sur:
17.07.2021

Laurence Wagner a dû retenir son souffle avant de vivre en ce début d’été son premier Belluard Bollwerk. Perspectives

Photos Alain Wicht Texte Elisabeth Haas

Après le déluge (2/7) » C’est en pleine tempête qu’ils ont repris la barre d’une embarcation. Tout l’été, La Liberté donne la parole à ces nouveaux timoniers de la culture.

Que les anciens lui disent qu’ils ont ressenti la même ambiance fébrile qu’aux débuts du Belluard Bollwerk, il y a 38 ans, et qu’un public tout jeune se soit senti concerné par son attachement aux problématiques de genres, à des relectures queer de l’histoire ou à des artistes non binaires, l’ont beaucoup touchée. Pour Laurence Wagner, l’édition 2021 est celle d’une renaissance. Après le choc de l’annulation du festival 2020, puis le renoncement à une partie du «Plan BB», la directrice du festival fribourgeois d’arts vivants a pu vivre en ce début d’été sa pre

Même sujet
Dans la même rubrique
Articles les plus lus
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00